Session valaisane : vol à Verbier (route du soleil)

Je m’en souviens comme si c’était hier : un hiver sans neige, enfin… le jour où j’ai décidé de sortir la Twinstar. Et ça s’est joué à 1 journée près, parce que le lendemain, c’étaient 20 cm de neige partout ! Bref, coup de chance.

Vu qu’il faisait quasiment 10 degrés fin décembre, nous nous sommes rendus sur la route du soleil. N’ayant à ce moment que ma TS2 pour voler (pas de planeur à l’époque), j’avais relativement confiance, vu sa motorisation simple mais efficace, mais également un tempérament plutôt gratteur, comme j’ai pu m’en apercevoir plus d’une fois en plaine.

Donc, hop, lancer… et ça monte ! La pente a une bonne dynamique, c’est carrément génial.

On enchaîne les prises d’altitude face à la pente, suivis de passages bas et pas loin, parallèle à la pente cette fois… le tout, agrémenté de moteur, de temps en temps, jamais à fond… pourquoi faire ? La fin de journée est parfaite niveau aérologique, faut en profiter…

Allez, on monte… on s’éloigne… idée débile mais tellement excitante : et jusqu’à quelle distance je peux l’éloigner de moi … ?

Ah oui, quand même… je ne dois pas être en limite de portée, mais pas si loin que ça… déjà, j’ai du mal à distinguer le sens de la machine, c’est à peine une silhouette sombre dont on distingue à peine l’aile, le fuselage et l’empennage… faudrait pas faire l’erreur classique d’inverser !

Bon, avant de céder à la panique, il est temps de descendre franchement et de ramener la machine par ici…

Oui mais voilà ! On est en fin d’après-midi, en montagne. Le soleil descend très vite derrière les sommets, les contre-jours arrivent vite, et sont … traîtres, si vous comptiez sur les contrastes 3 minutes plus tôt !! Bref; ce qui devait arriver arriva, l’oiseau en pleine descente, alors sur fond de ciel bleu, passe sur un fond de montagne… sombre !

1… 2… houlàlà mais il est où bon sang ?? 3… mais il est oùùùù ??? 4… holala chuis dans la mm…. 5… 6… ah le v’là !!!

Bon. La frayeur de ma vie (de modéliste…) ! Il est temps de rentrer…

Ah oui, mais euh… histoire de dire… on est en montagne… la piste… y en a pas !

En arrivant, j’avais bien l’idée d’atterrir sur la route, mais vu l’état… gravillonneux de ladite route, pas question d’y laisser le fond du fuselage !

Donc, pas le choix : la piste sera le flanc de la montagne. On se déplace gentillement, on trouve un pseudo-à-plat dans la pente… le vent s’étant calmé, et ayant tourné, on tentera une approche 3/4 face à la montagne… premier essai… on repart. 2e essai… c’est le bon !

Ouf, appontage en douceur, malgré le kilo et demi de la machine, c’est (presque) propre !

Une bonne leçon sur l’évaluation des distances et le visuel en montagne, des images magnifiques plein la tête, et un bon bol d’air pur pour ces quelques 10aines de minutes de vol !

Génial, à refaire…